e v a n e s c e r e

Silvestre & Rousselot / Collections  / e v a n e s c e r e

e v a n e s c e r e

Aujourd’hui, nous laissons la parole à Élise, afin qu’elle nous raconte le cheminement créatif de son meuble

e v a n e s c e r e , un buffet bibliothèque créé en 2018 dans le cadre de son Diplôme des Métiers d’Art.

Le thème: le sens du vide

Nous avions un thème imposé autour duquel il nous a fallu créer une pièce de mobilier: le sens du vide. Pour y parvenir, j’ai choisi une notion un petit peu plus spécifique qui me permettait d’apporter une réponse , ma réponse, au sujet :

La disparition

La disparition laisse un manque, créé une absence. C’est un vide d’interprétation. À la disparition, on attache pas d’avenir, après celle-ci il ne reste rien, un néant. C’est un instant plus tout à fait plein mais pas tout à fait vide. Ce concept a quelque chose de fascinant : cela génère à la fois l’angoisse du non-retour et l’euphorie d’un inconnu.

Dans ce « processus » menant au néant, dans ce simple instant entre le matériel et l’immatériel, il y a un déchirement entre le plein et le vide, une dérangeante fugacité, une douce brutalité. La disparition perturbe et questionne : « Pourquoi tout est-il voué à retourner au néant ? ». Tout me tournait à la contemplation de cet instant si futile et pourtant si grave.

Inspirations

Le projet

Intention

[Un verre se brise, et à cet instant], on a le sentiment très fort que le verre est là. Il aura donc fallu sa disparition violente pour que sa présence s’affirme. Mais trop tard.

André S. Labarthe, critique et réalisateur

En lisant les propos de Labarthe , il m’est venu à l’esprit que je pouvais tenter de figer l’instant où quelque chose disparaît, de créer un état contemplatif de cet évanouissement, une sorte de nostalgie d’une existence. Ainsi, en retirant sa temporalité, je donne toute son importance à l’objet. On sait qu’il est condamné, on l’observe, on lui rend hommage avant que son existence ne s’efface. J’en arrive ainsi, à la volonté de célébrer l’évanescence à travers un meuble. Evanescere est d’ailleurs le mot latin pour « évanescence », « disparition ». 

ēvānesco, nŭi, nescĕre : lat. s’évanouir, disparaître, se dissiper, se perdre, passer, s’évaporer.

Gaffiot

Dans la mesure où la contemplation pourrait être un fil rouge, mettre la matière au cœur du projet semble être un moyen de procéder incontournable. Il faut une forme simple, sans fioriture, et autour de laquelle on peut tourner pour s’y questionner. J’ai donc dessiné un buffet bibliothèque dont la matière se dégraderait petit à petit. D’un côté, le meuble est entier, puis la laque travaillée tend à disparaître et laisse la place au bois brut, qui se disloque en copeaux puis en fibres, en poussière jusqu’à son infime trace.

Conception

Malgré la dégradation d’une partie de lui-même, le meuble reste fonctionnel. Le buffet s’ouvre finalement sur ses côtés. Il comporte sur la partie non altérée une série de tiroirs, afin d’y ranger carnet de note, dessins et crayons, des étagères et une tirette permettant d’accéder à la profondeur du meuble et d’y ranger des livres. La partie dégradée laisse la possibilité de ranger, voire d’exposer d’autres livres.

Le bois est bien évidemment le matériau principal du projet, mais j’ai décidé d’en inclure d’autres, afin de concrétiser au mieux l’impression de disparition. La résine cristal me permettait de rendre réelle cette infime trace du meuble, mais également de faire « flotter » les fibres résultant de la dislocation. Elle demande néanmoins d’apprendre certains procédés de moulage (cire perdue, moule en latex et plâtre…). Le piétement est réalisé en acier, ce qui laisse de nombreuses possibilités de dégradation de cette partie du meuble, et donne du contraste au bois utilisé pour le corps du meuble, le noyer français (un bois sombre). 

À l’obtention de mon diplôme, j’ai même eu la chance de voir e v a n e s c e r e exposé au Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon!